coursenligne1s6 site de cours en ligne première terminale et bac Coursenligne1s6.fr, fiches de révision pour lycéens de première, terminale & bac

Coursenligne1s6: Site de cours en ligne et de révision pour la première, terminale et le bac depuis 2012.

Inconscient, liberté et identité, qui suis-je ?

logo cours en ligne 1s6 site de cours en ligne pour première

Introduction

"Je est un autre" Rimbaud

L'homme est une question pour lui-même

Pour répondre à la question "qui suis-je", il faut étudier la valeur scientifique de l'hypothèse de Freud, celle de l'inconscient psychique différent de la conscience

->Cette thèse pose le problème de la connaissance de soi et celui du libre arbitre

La conscience nous permet-elle d'accéder à la connaissance de soi comme absolument original ?

I le mystère du moi

Se connaître comme individus équivaut à se reconnaître comme un être distinct des autres hommes, irréductible et irremplaçable

Accéder à son "moi" c'est avoir accès à son unicité, à ce qui fait que nous sommes nous et non un autre

Mais, peut-on avoir accès à cette singularité ?

Pensées fr 688-323 Pascal

Dans ce texte, Pascal cherche à définir le "moi", mais il se heurte à une aporie

Aporie: aboutis à une impasse

->Il cherche "l'essence" du moi

=>Le moi est insaisissable

Pour saisir le moi la relation qu'est l'amour semble plus pertinent à étudier car, aime-t-on une personne pour elle même ou pour ses attributs ?

Fondement: ce sur quoi l'on construit quelque chose

Origine: la source, le point de départ de quelque chose

Thème: Le moi et l'identité

Thèse: Le moi est insaisissable, on ne peut aimer que des qualités, non une substance

Problème: Qu'est ce que le moi: une substance ou des qualités ?

[...]

On aime donc personne car on ne voit que des qualités mouvantes ou accidentelles, on ne veut pas sa substance qui fait de lui un être singulier

Seul un être singulier dont les qualités ne changeraient jamais pourrait être aimé

->Selon Pascal, le seul être que l'on peut aimer c'est dieu car ses qualités sont impérissables

Transition

Ce texte de Pascal remet en doute la possibilité d'avoir conscience et connaissance de notre identité singulière

->Notre conscience s'illusionne quand elle croît se saisir elle même

Le "moi" est il une réalité ou une illusion ?

Ainsi, nous ne serions pas "un", mais "plusieurs"

->Nous sommes façonné à notre insu par des forces et des pensées

Ce qui fait que l'image que nous avons de nous même ne correspond pas à la réalité de notre être

Thèse des penseurs de l'inconscient: La conscience de soi ne suffit pas à établir la connaissance de soi

II Les limites de l'inconscience: l'hypothèse freudienne et les problèmes qu'elle soulève

La thèse de Leibniz (existence de petites perceptions) s'oppose à la thèse cartésienne (transparence totale de la conscience)

Ici, nous étudierons en quoi la thèse de Freud se distingue des "petites perceptions"

-Ce qui, pour une thèse est une différence de quantitative n'est pas pour l'autre thèse une différence de nature (qualitative) ?

=>L'inconscient freudien a un dynamisme, une structure et un fonctionnement, qui sont distinct de la conscience, ce qui le différencie des "petites perceptions"

a) L'inconscient freudien: la conscience n'est pas souveraine

Dans L'inquiétante étrangeté(1917), Freud énonce que l'identité de "psychique" de l'homme est tout ce qui se passe en nous

Freud décrit le conscient est tout ce qui est connu de nous

Il écrit: Le psychique en toi ne coïncide pas avec ce dont tu es conscient; ce sont deux choses différentes, que quelque chose se passa dans ton âme, et que tu en sois informé

Freud s'oppose donc à la psychologie issue de Descartes

b) L'inconscient freudien est actif, il se manifeste

Origine de l'hypothèse:

Freud (1856-1939) est un médecin qui travaillait avec des patients qui avaient des comportements surprenant

Les patients eux mêle ne comprenaient pas toujours la raison de leurs actes

C'est en cherchant la cause de leurs actes et après des expériences d'hypnoses faites avec Breuer qu'il à pensé à l'existence d'un inconscient psychique

L'inconscient serait la cause invisible d'effets visibles

Freud abandonne rapidement l'hypnose pour mettre au point une technique de soin pour ses patients: l'analyse

->Il construit ces concepts et sa méthodes au fil des rencontrons avec ses patients

Par exemple, l'étude l'hystérie qui va le mettre sur la piste de l'inconscient

->Il les soigne grâce à l'hypnose. L'hypnose permet à ses patients d'accéder à des souvenirs en liens avec leurs symptômes, inaccessibles à l'état conscient

Ceci à pour effet de les atténuer ou de les faire disparaître

=>Ces symptômes sont donc l'expression consciente de traumatisme ou e désir inconscient

Freud découvre donc que la frontière entre le normal et le pathologique n'est plus de nature, mais de degrés

c) La structure de la personnalité, Freud brise l'unité du sujet

-Freud découvre trois parties dans le psychisme: le ça, le moi, le surmoi

Pour les designers, on parle d'instances psychiques car elles sont dynamiques

Cette théorie s'appel la seconde Topique (une topique désigne un "lieu" du psychisme)

Chaque instance psychique obéit à des lois qui lui sont propres

Ces trois instances ont des rapports conflictuels qui se manifestent dans la vie consciente

instance: chacune des différentes parties de l'appareil psychique considéré comme dynamique

Le premier topique: l'inconscient, le préconscient, le conscient et principe de plaisir et de réalité. Cette topique ne lui permettait pas d'expliquer le phénomène des névroses traumatiques: la compulsion de répétition

Le ça

C'est l'instance psychique la plus primitive, elle est totalement inconsciente

Le ça est l'ensemble des pulsions inconscientes

->Elles sont d'origines sexuelles, c'est la "libido"

On distingue 2 type de pulsions: la pulsion de vie et la pulsion de mort

=>Le ça obéit au principe de plaisir

Ce sont donc que des pulsions qui cherchent leur propre satisfaction

Pulsion: du latin pulsare: pousser: une force énergétique provenant du corps (faim, soif, besoin sexuelle) et ayant un effet sur le psychisme

Le moi

C'est une instance psychique qui a subit des évolutions, dues à l'influence du monde extérieur

Le moi exerce une censure sur le ça

Le moi est en une fraction du ça, il est en partie conscient et en partie inconscient

->Il maîtrise les pulsions du ça

Il décide en fonction des règles monde extérieur si la pulsion peut être satisfaite, différée ou étouffée

->Il refoule les désirs interdis

Le moi gère le rapport principe de plaisir/principe de réalité

-> il soumet les pulsions à la réalité et participe à leur censure avec le surmoi

Le surmoi

Cette instance psychique se crée au cours de l'enfance, vers 5 ans

C'est par cette instance que se prolonge l'influence des parents

->Le surmoi intériorise les règles parentales et sociales

Le surmoi aide l'enfant à se sociabiliser, il empêche l'individu de satisfaire les pulsions du ça

->Il nous oblige à suivre un comportement social adéquat, sous peine de nous infliger un sentiment de culpabilité

Le surmoi observe le moi, le critique et le culpabilise

->C'est un tribunal intérieur, il joue le rôle de la conscience morale

=>Le surmoi est à l'origine de la moralité

Le complexe d'Œdipe: Le complexe d'Œdipe est le complexe originel qui conduit l'enfant à rentrer dans la société

Problèmes et enjeu relativement à la conscience morale

Selon Freud, la conscience morale est relative aux règles de la société

->Freud s'oppose à Rousseau qui pensait que la conscience étais un "instinct divin" et à Kant, pour qui la moralité étais indépendante de ce qui nous entoure

d) Concepts psychanalytiques liés à cette hypothèse: les pulsion, le refoulement, le retour du refoulé, le névrose, la sublimation

La pulsion

A partir de 1920,Freud considère que l'appareil psychique (ça+moi+surmoi) a pour fonction de réduire la tension qui croît en l'homme à cause de ses pulsions

La satisfaction des pulsions sexuelles, qui participent aux pulsions de vie, permet de réduire les tensions

->Principe de plaisir

Les pulsions de mort peuvent aussi réduire les tensions en les mettant au niveau plus bas

->Amène à la non-vie/la mort

Si on ne satisfait pas les pulsions, il y a une augmentation de la tension (= risque de névrose)

-La pulsion est satisfaite si elle coïncide avec le principe de réalité

Sinon, elle est :

- rejetée (Amène un pathologie, donne un désire déguisé)

ou

- détournée (changement d'objet, sublimation

La censure

Elle rejette ou détourne la satisfaction des pulsions

C'est le contrôle inconscient fait par le surmoi et le moi sur les sentiments ou tendances qui menacent l'équilibre ou qui vont contre les interdis sociaux

Le refoulement

Quand la Satisfaction de la pulsion est rejetée, on parle de refoulement

->Les pensées et désirs non acceptable qui sont censuré sont maintenant à l'écart de la conscience

Un désir refoulé ne disparaît pas, il ressurgit dans la vie consciente

->Retour du refoulé

Il se manifeste sous forme de symptômes (névrose) ou lapsus,actes manqués....

Ce désir est déguisé, pour échapper à la censure

->Le retour du refoulé est la condition même de la saisie du refoulement par la conscience

=>Ces manifestations sont une voie d'accès à l'inconscient

La sublimation

Quand la satisfaction de la pulsion est détournée, on parle de sublimation

Elle évite la névrose puisque la pulsion est satisfaite

La sublimation est la satisfaction de la pulsion dans ces formes moralement et socialement acceptables

->Conforme au principe de réalité

La pulsion étant plus souple que l'instinct, on peut la changer d'objet

Ex: le boulimique satisfait une autre chose que sa faim en mangeant, une autre faim

e) Manifestation de l'inconscient: voies d'accès à celui-ci

Le lapsus

erreur de langage involontaire

->On dit un mot à la place d'un autre

Le lapsus serais l'expression de la pensée profonde celui qui parle, il la laisse s'échapper malgré lui

->Manifestation d'un conflit entre deux intentions (entre une désir conscient et une désir inconscient, deux désir inconscients...)

L'acte manqué

Un acte qui manque son but conscient en raison de causes inconsciente

->Expression d'un désir profond qui reste inconscient

Ex: on oublie d'aller à un rendez-vous car on a aucune envie d'y aller

Le rêve

A première vue, le rêve est quelque chose d'incohérent créé par le psychisme

Le rêve est compris par Freud comme l'assouvissement imaginaire de désirs

->Le désir est immorale, il s'exprime donc de manière déguisée

Le rêve contient 2 choses:

Le contenus manifeste: ce que l'on peut raconter du rêve = sens conscient

Le sens latent: ce que le rêve signifie = sens inconscient

Le psychanalyste utilise le contenu manifeste pour connaître le sens latent

->Le déguisement du désir par avec le rêve est élaboré selon une chaîne sémantique

sémantique = sens

Ce déguisement est le fruit d'un processus inconscient pour cacher un désir inconscients

Freud compare le rêve à un rébus

->Le psychanalyste interprète les images du rêve du patient pour l'aider à découvrir le déguisement, et ainsi, son désir

=>La psychanalyse est une herméneutique (grec hermêneuen = "interpréter")

Freud écrit dans Cinq leçons de psychanalyse en 1904

"L'interprétation des rêves est, en réalité, la voie royale de la connaissance de l'inconscient

-

Problème posé par cette hypothèse:

Le psychanalyste tente de déchiffrer ce qui a été chiffré

Mais Qui à chiffrer ? Qui est le sujet ?

->Comment un chiffrage, une mise en désordre logique pourrait être inconscient ?

Pour qu'il y ai un chiffrage, il faudrait une identité qui ne doit pas s'exprimer clairement.

De plus, il faudrait utiliser une réflexion pour identifier ces désirs ou les camoufler

Mais la réflexion suppose l'exercice de la conscience

La critique de la thèse freudienne par Sartre utilisera ce problème

Conséquences de la thèse freudienne

Freud met à mal:

-La transparence (conscience de soi n'équivaut plus à connaissance de soi)

-L'intériorité (le psychisme n'est pas observable que par soi même)

Avec Freud, le psychisme devient un objet de connaissance

La thèse de l'inconscient permet d'expliquer les comportements humains

-Freud est un médecin, son but est donc de comprendre et de soigner l'homme

->Il utilise les sciences et une démarche scientifique pour sa thèse philosophique

L'inconscient expliquerait ce que le conscient n'explique pas

D'après Freud, les faits psychiques sont lié entre eux par des lois

->Déterminisme

-

Bilan: Cette thèse donne un sens à des actions "incompréhensibles"

->Elles sont un moyen pour le patient de se libérer

Mais cette thèse soulève un problème épistémologique et philosophique:

Épistémologique: Freud généralise les cas observés (= problème de validité scientifique)

philosophie: La période l'enfance déterminerais une grande part de nos choix et désirs, cette thèse déterministe remet en cause le libre arbitre, une part de notre responsabilité

->Ce déterminisme empêche-t-il notre liberté ?

=>Freud réduit l'importance de la conscience

Transition:

Nous croyons pouvoir nous connaître grâce à la conscience, mais celle-ci ne représente qu'une petite partie de notre psychisme

Pourtant, parler d'inconscient est paradoxale car pour parler d'inconscient, il faut en être conscient

Or si l'inconscient est conscient, il perd sont essence (privation de savoir)

->La notion d'inconscient est problématique

II L'hypothèse des inconscients en question

1) La critique épistémologique de la théorie freudienne

Texte n°2p39, Karl Popper ( Cette hypothèse n'est pas scientifique car elle n'est pas explicative mais interprétative)

Freud procède par induction

->Il généralise les cas observés

Cette méthode affirme plus qu'elle n'as observé mais cette méthode est scientifique car elle peut être infirmée par un cas contraire à la généralisation

Dans Conjectures et réfutations Karl Popper affirme que la psychanalyse n'est pas une science

->Il à montré qu'une science peut être démontrée et réfutée

En effet, pour les théories issues de l'induction, le critère de démarcation entre science et non-science est la possibilité d' expliquer ou de prédire

"Prédire" signifie qu'il y a possibilité de réfuter

Pour être réfuté, une théorie doit être démonstrative ou falsifiable

->Caractère prévisionnel qui donne une prise de risque dans la théorie, qui la rend falsifiable

=>Ce qui la rend scientifique

Comme aucun énoncé de la théorie freudienne ne peut être infirmé, cette théorie n'est pas scientifique

-> Tous les comportements humains, mêmes opposés peut être expliqué par l'interprétation psychanalytique

De ce fait, cette théorie est compatible avec tous les comportent humains

->Aucune conduite humaine ne peut la contredire

La théorie freudienne peut tout "expliquer" donc Popper en conclut qu'elle n'explique rien

=>Parallèle avec les prédictions des astrologues, qui sont suffisamment vagues pour ne jamais être contredites

Popper reconnais que la théorie freudienne à une grande importance, mais il refuse de lui donner un statut scientifique car un théorie scientifique explique et prédis

->La théorie freudienne est une interprétation car elle délivre un sens et non une vérité

2) Critique philosophique : la censure est de mauvaise foi

Critique philosophie de la psychanalyse de Sartre dans L'être et le néant

Freud pense que les pulsions, la censure et le refoulement sont inconscient et échappent donc à l'individu

Mais Sartre pose alors la question suivante:

"Comment se fait-il, si la censure est inconsciente, qu'elle choisisse entre les pulsions qui peuvent être satisfaites et celles qui doivent être refoulées ? Ce choix suppose la conscience

Pour Sartre, la censure est consciente car sinon, elle ne pourrait pas choisir les tendances et désirs qu'il faut masquer

"Ma censure doit forcément connaître mes intentions pour me les cacher"

Sartre refuse l'idée d'un moi, d'un ça et d'un surmoi

->On peut se passer de l'hypothèse de l'inconscient

Pour lui, ce que Freud appel la censure, c'est une simple manifestation de la mauvaise foi

->La conscience se ment à elle même ou se déguise pour cacher les véritables motifs de son action

Sartre appel cela duplicité de la conscience

->"La conscience se joue une comédie et finit par y croire

La thèse de Sartre cherche à réhabiliter la responsabilité et la liberté de l'individu

3) Les paradoxes de la notion d'inconscient

a) L'inconscient n'a pas de sens sans recourir à la conscience

Bien que des éléments de la vie consciente peuvent supposer l'existence de l'inconscient, il est difficile de parler d'une réalité inconsciente

->On ne voit jamais l'inconscient psychique, on ne peut donc que supposer son existence

-On ramène les actes conscients à une origine inconsciente pour pouvoir identifier les mécanismes inconscients

Mais nous ne connaissons cette origine inconsciente que par ce que nous révèlent les actes conscients

=>L'inconscient est identifié indirectement

b)La remise en cause de notre liberté

-L'hypothèse d'un inconscient remet en cause la capacité de la conscience à nous donner la connaissance et maîtrise de nous

Mais cette thèse rend possible notre libération vis à vis du déterminisme

->En ayant connaissance de cela, on peut travailler sur nous même et nous libérer

=>Freud ne cherche donc pas à nous dé responsabiliser mais à nous rendre notre liberté

Freud essaye de libérer ses patients du mécanisme inconscient qui les aliène

Freud écrit: "là où était le "ça", "Je" dois devenir"

->La psychanalyse cherche à restaurer l'harmonie du patient en résolvant ses conflits interne

Si la conscience ne nous donne pas la connaissance de nous même, c'est grâce à elle que nous pouvons nous connaître et être libre

-Les gènes et notre cerveau constituent des conditions de nos pensées, nos sentiments et de nos actions

->Ces conditions ne prouvent pas nécessairement le déterminisme strict de l'homme

Car certains caractères génétiques en fonction de leur environnement et le cerveau se structure autour des informations qu'il reçoit du monde extérieur

Il y a donc une corrélation entre certaine structures biologiques et certains états psychiques

->Cette corrélation n'est pas un rapport de causalité

Transition

La critique des inconscients nous fait réhabiliter la conscience

->Nous pouvons penser nos déterminations

La conscience rend donc possible la culture

La conscience n'est elle pas ce par quoi je cesse nécessairement d'être ce que je suis, et tout à la fois, la faculté par laquelle je peux savoir qui je suis

->On peut changer d'être qui l'on est en changeant notre état après l'avoir identifié

ex: on peut cesser d'être jaloux

IV Nous ne sommes pas ce que nous avons conscience d'être: nous échappons à notre être par la conscience

1)Être et exister

Nous avons donc vue que la prise de conscience rend possible une libération

Elle permet d'avoir un pouvoir sur soi-même et donc de ne pas être prisonnier des ses passons, penchants

La conscience, en nous distinguant des choses et de nous mêmes est principe de dualité

Ainsi , nous ne nous réduisons jamais à être ce que nous sommes, nous existons

->un homme existe, une chose est

Sartre montre dans l'existentialisme est un humanisme:

Objet: le coupe papier a une utilité définie par son usage

-> l'essence précède l'existence

Il est fabriqué pour répondre à un besoin, il est d'abord imaginé, puis créé

->L'objet est prévisible car il est déterminé à l'avance

Homme: son existence précède son essence

->L'homme est imprévisible

"Cela signifie que l'homme existe d'abord, se rencontre, surgit dans le monde, et qu'il se définit après"

->nous nous heurtons à notre existence avant de connaître notre essence

essence: esse = être

Pour Sartre, il n'y a pas de nature humaine

L'existence est contingente. On appel cela facticité de l'existence

->Le fait que l'homme surgit dans le monde est irréductible et échappe à la liberté de l'homme

facticité: factum = un fait

A l'opposé de l'objet, l'homme est d'abord une indétermination: "il n'est d'abord pour rien"

->cette indétermination donne à l'homme la pleine liberté de se faire

La liberté n'est pas une propriété parmi d'autres hommes , elle est la façon d'être de l'homme

->L'essence de l'homme se définie au fur et à mesure de son existence

L'homme s'auto définie donc car son essence n'est pas définie au départ

Sartre donne donc à l'homme la pleine responsabilité de ce qu'il est

->Il n'est pas la victime de quoi que ce soit

Seul la nature peut y mettre un terme: quand on est mort, on existe plus

Si l'homme existe avant d'être, s'il est liberté, c'est parce qu'il est conscience

Sartre montre cette idée en disant que l'homme est pour-soi et que l'objet est en-soi

-La chose est en-soi(= est) car elle n'as pas de conscience

->Elle est close sur elle même, pas de distanciation, elle ne peut être que ce qu'elle est et ne peut pas aller au-delà d'elle même

-L'homme est pour-soi(= existe) car en tant que conscience, il est séparé de lui même

->Il peu se projeter hors de lui, pouvoir de distanciation, l'homme n'est jamais totalement ce qu'il est

Conclusion

On ne peut donc pas répondre à la question "qui suis-je ?" car l'homme n'est pas achevé

L'homme n'as pas de nature et se penser comme être achevé, c'est aller contre la façon d'être de l'homme, c'est s'enfermer dans des déterminations fixes

L'intentionnalité de la conscience: la conscience n'est pas intériorité mais extériorité

La conscience de l'homme est intentionnelle

grâce à cela, l'homme existe par sa conscience et ne se réduit jamais à ce qu'il "est"

Sartre reprend le concept d'intentionnalité de Husserl

La conscience n'est pas une substance repliée sur elle même (théorie de Descartes) mais une ouverture vers ce qui n'est pas soi

->La conscience existe que dans le fait où elle se projette sur autre chose

Concept de l'intentionnalité: l'essence de la conscience réside dans son ouverture au monde

->Elle est "consciente de quelque chose" mais pas conscience absolue, isolée

=>La conscience se dépasse

Sartre parle de l'être-hors-de-soi de la conscience : la conscience n'as pas de 'dedans', elle n'est rien que le dehors d'elle même"

->La conscience n'existe que dans la relation à l'autre

Une conscience qui coïnciderait avec elle même dissoudrait le sujet car elle se réduirait à être qu'une chose et non plus en mouvement constant

Cette philosophie permet de sortir de la "philosophie digestive" selon Sartre (=philosophie qui dissout tout dans son intériorité)

On parle donc de:

Mondanéité: la conscience est immergée dans le monde

Intersubjectivité: la conscience de soi naît grâce à la relation à l'autre

->Il n'y a pas de sujets sans présence de l'autre, la conscience de soi passe par l'autre

=>Le sujet se découvre dans l'intersubjectivité

Duplicité de la conscience de refus de sa liberté (Confère la critique de la thèse freudienne)

la conscience permet à l'homme de se cacher, de s'illusionner

->Elle permet à l'homme de créer un personnage, ce qui permet de fuir qui on est

La duplicité de la conscience c'est le fait pour la conscience de se mentir à elle-même ou de se déguiser (= cacher les motifs de son action)

Mauvaise foi: refuser son être, refuser le pour-soi( façon d'être de l'homme)

Le contraire de la mauvaise foi est l'authenticité: reconnaître la spécificité de son être et être pour-soi

Quand un homme est de mauvaise foi, qu'il se nie, on dit qu'il se chosifie

Quand on est de mauvaise foi, on refuse notre liberté, on se donne la nature d'une chose

La mauvaise foi est le fait de mettre sur le compte de la nature ce qui relève de la liberté

Parfois, les personnes de mauvaise foi croient "sincèrement" être déterminées , elle se dupent elle-même

Bilan

Si la conscience est un écran entre nous et nous-mêmes, la conscience de soi n'est donc ni immédiate, ni facile

La conscience de soi demande un effort constant

->Il faut perpétuellement prendre conscience de soi

->Il faut acquérir la conscience de soi

Conclusion:

Savoir qui l'on est n'est pas spontané

->savoir des choses sur soi ne suffit pas pour répondre à la question "Qui suis-je"

Le moi est insaisissable, de plus, une part de nous reste inconsciente

Mais malgré l'existence d'un inconscient psychique, la thèse freudienne a plus une valeur interprétative que scientifique

=>C'est par la conscience que nous atteindrons une connaissance partielle de nous-mêmes

La conscience de soi accompagne la transformation de soi

->Cela permet une construction partiellement libre de soi par soi

=>La conscience et la liberté sont à la foi une donnée et une tâche

L'homme est libre car il est doué de conscience

->il est capable de se projeter hors de lui même

L'homme peut donc construire sa vie de manière autonome, en prenant sa distance avec les forces externes ou internes qui s'exercent sur lui

Mais il faut faire l'effort de se mettre à distance

La liberté, comme maîtrise de son existence est seconde après un travail de libération

-

Partagez ce cours ! !

Auteur: Nicolas KRITTER d'après le cours du professeur