coursenligne1s6 site de cours en ligne première terminale et bac Coursenligne1s6.fr, fiches de révision pour lycéens de première, terminale & bac

Coursenligne1s6: Site de cours en ligne et de révision pour la première, terminale et le bac depuis 2012

La bruyère, caractères de la cour

La BRUYERE, Les Caractères, Livre VIII, « De la Cour »(1696) remarque 74

Cours rédigés intégralement par Guillaume LE MOING

logo cours en ligne 1s6 site de cours en ligne pour première

Étude d'un extrait des Caractères de LA BRUYÈRE, caractère 74 sur la cour.

INTRODUCTION

Jean de La BRUYERE (1645-1696) : moraliste français, célèbre pour son œuvre unique Les Caractères ou les Mœurs de ce siècle. Il entre à l'Académie française en 1693. L'année suivante, il avait déjà livré quelques 1.120 portraits et maximes. Les "traits" de caractère de La Bruyère sont le fruit d'un esprit sagace, critique et indépendant. Ses observations, impitoyables envers la nature humaine, conservent une valeur intemporelle, même après sa disparition en 1696. La variété formelle des Caractères de La BRUYERE nous amène à découvrir d’autres remarques.

Quel regard porte l’étranger sur le monde qu’il décrit ?

Plan :

I/ Un regard qui s’amuse à inverser les points de vue

II/ Un regard qui dénonce une société qui vit dans la démesure, l’excès

I Un point de vue inversé

A) Une impression de flou

- Multiplication des indéfinis : « on » pronom indéfini, « un » « une » article indéfini => flou, incertitude : « à une certaine heure » double indéfini (article/adjectif).

- « Une région » «les femmes du pays » « ceux qui habitent cette contrée » « ces peuples » « les gens du pays » : lieux termes généraux, démonstratifs => éloignement, exclusion du narrateur « étranger » « leur(s) » *14.

- « une physionomie qui n’est pas nette, mais confuse, embarrassée » : 3* la même chose => difficulté pour définir, point de vue étranger.

B) Une innocence ou naïveté feinte

- Nombreuses périphrases : « des artifices qu’elles croient servir à les rendre belles » maquillage, « une épaisseur de cheveux étrangers qu’ils préfèrent aux naturels et dont ils font un long tissu pour couvrir la tête » perruque, « un temple qu’ils nomment église », « des mystères qu’ils appellent saints, sacrés et redoutables », « les gens du pays le nomment *** ; il est à quelque quarante-huit degrés d’élévation du pôle, et à plus d’onze cents lieues de mer des Iroquois et de Hurons.» France, Paris, Versailles s. => Un étranger qui voyage et qui a des repères sur des cartes, périphrases qui jouent le rôle de l’authenticité.

- Rendre païen/ barbare ce qui ne l’est pas : « temple » « autel » « mystères » « un vaste cercle » => sous couvert d’adopter un point de vue extérieur La BRUYERE porte tout de même un regard critique sur la société dans laquelle il vit, ce que nous développerons dans une seconde partie.

II Une société d’excès

A) L’apparence Physique et les mœurs

- L’apparence Physique : cl du corps

• Les hommes : « couvrir […] change […] empêche » gradation ascendante qui souligne l’excès.

• Les femmes : accumulations et pluriels => excès. « beauté » « belle » « se montrer » « plaire » du point de vue des femmes ≠ point de vue du narrateur, modalisation du discours « elles croient » « comme si elle craignaient » « se montrer assez » à l’inverse « précipitent le déclin de leur beauté par des artifices » => excès mais aussi superficialité des portraits Physiques.

- Les mœurs : portrait moral des jeunes et des vieux : antithèse « les vieillards sont galants, polis et civils (3) » < « les jeunes gens au contraire, dures, féroces, sans mœurs ni politesse (4) » on pourrait s’attendre au contraire. Bilan + de défauts que de qualités => excès des défauts. Pluriels : « des repas, des viandes, et des amours ridicules » « des eaux de vie », adverbe intensif : « usage trop fréquent », indéfini à valeur hyperbolique + superlatif à valeur hyperbolique : « toutes les liqueurs les plus violentes » => excès, ridicule « affranchis » « ridicules » « insipide » goût déjà éteint ».

B) Absurdité, ridicule de certains comportements paradoxaux, décalés

- Une société pleine de paradoxes « ils se trouvent affranchis de la passion des femmes dans un âge où l’on commence ailleurs à la sentir » « précipitent le déclin de leur beauté par des artifices qu’elles croient servir à les rendre belles » mais aussi dans l’attitude des grands « debout » « le dos tourné au prêtre » ≠ « les faces élevées vers leur roi » => la logique voudrait que ce soit l’inverse. Description du culte qui interroge la manière dont le culte est célébré/dénonciation : modalisation « Ils semblent avoir tout l’esprit et tout le cœur appliqué » « car ce peuple paraît adorer le prince, et le prince adorer Dieu » => hyperboles : dénonciation de l’adoration du prince au détriment de Dieu, soulève l’absurdité.

Conclusion :

En adoptant un regard étranger, La BRUYERE en profite pour apporter un jugement critique sur la société de son temps dont il relève l’excès et l’absurdité.

-

Une autre vision de la cour: la princesse de clèves, LAFAYETTE

Partagez ce cours !

Suivez Nicolas KRITTER sur google + ( cours inspiré de celui fait par le professeur de la classe)